BILLET

DESDE LA ADRADA : LIBERTAD

.

 

Ce sont les paroles de Georges Moustaki : ma Liberté, que j'ai chantonné, en quittant La Adrada, samedi soir, bien sur pas avec la classe de Serge Reggiani mais pour le moment vécu dans ce lieu.

La Adrada (2700 habitants) Province d'Avila (Castille y Leon) voit ses fêtes, dédiées au Santissimo Salvador, se dérouler du 3 au 7 août.

Elles commencent par le Pregon (1), du balcon de la mairie prononcé toujours par une personnalité, cette année, la charge était assurée par le journaliste et humoriste Mariano Mariano. Elles se terminent par la célèbre Caldereta publique (viande de toros - pommes de terre) difficile d'être végétarien pour les « Adradais » du dimanche soir.

Bandas, élection du Roi et Reine de la Fiesta , concours de boules etc...

Le samedi est consacré à la corrida des fêtes « Vuelven Los Maestros » était l'intitulé du cartel. Deux toros de Palancares pour le cavalier Sergio Galan.

Quatre toros de la famille Laugier et filles : trois Dos Hermanas, un Piedras Rojas pour Manuel Diaz « El Cordobés » et César Jimenez.

19 heures 39°.

La plazita se trouve à la sortie du village, dans une pinède, les deux seuls pompiers présents sont là pour arroser le sol, pour la poussière !

La Guardia Civil, débonnaires, aux abdominaux style Sergent Garcia (celui de Zorro), sont juste là, pas de fouille.

Un banderillero échauffe les chevaux du rejoneador, les autres ,ne sont pas spécialement gardés.

Les familles rentrent avec moultes glacières , boissons, nourriture qu'elles proposent à tous les voisins du tendido pendant le spectacle.

En attendant l'arrivée de la banda municipal et de la Reine des fêtes ; les gradins se remplissent soit 2500 à 3000 personnes. No Hay Billetes !

Les inconditionnels de la devise accompagnent les éleveurs Patrick et Marie, soit Marc Antoine Victor, Alexis, Georges, Evelyne et Jacques.

On est quand même à 1250 km d'Arles !

les deux peñas de la ville arborent les couleurs de la ganaderia Bleu et Jaune-( pur hasard)

Un toro de Dos Hermanas est remplacé (trop de trapio) par un Gallon frères. Cesar Jimenez (blessé) par Joaquim Galdos.

 

 

Manuel Diaz « El Cordobes » :

Toro de Gallon – noblissime- une pique. Le torero coupe deux oreilles. Pétition de vuelta pour le toro.

Toro de Piedras Rojas – dés le capote se blesse à l'antérieur droit- deux piques- une oreille.

 

Joaquim Galdos :

Toro de Dos Hermanas : le meilleur de l'après midi, deux piques- brave et noble permet une bonne faena sur les deux mains, malheureusement gâchée par la maladresse à l'épée qui prive le torero de sa deuxième oreille, pétition de vuelta Al ruedo au toro.

Toro de Dos Hermanas : un toro plus compliqué qui « demande les papiers »- lidia volontaire – problème à l'épée- pétition d'oreille, vuelta pour le torero.

Le rejoneador Sergio Galan (je ne suis pas spécialiste)

une oreille à son premier toro très volontaire et combatif jusqu'à la fin.

Ovation au deuxième.

 

Fiche technique :

La Adrada : corrida des fêtes

grand beau temps température : 39°

No Hay Billetes

durée 2h30

Présidence : Roberto Aparicio (Maire)

Piques : huit

Toros de Gallon (premier) Piedras Rojas (troisième) Dos Hermanas (deuxième et quatrième) tous bien présentés.

El Cordobes Deux oreilles, une oreille

J Galdos une oreille, ovation

S Galan : une oreille , ovation

 

Notes du revistero :

Merienda durant tout le spectacle, bouteille en verre, bouchées, alcool etc...

Pas de « Corrida basta », mais « Torero, Torero ».

Sur les billets, le sigle est : « Yo voy a los Toros »

Un souffle d'indépendance de ce côté des Pyrénées

«  Ma liberté, longtemps je t'ai gardée, comme une perle rare... »

 

Brindis à Georges Moustaki et Serge Reggiani

 

 

Dimanche 14 août 2016

Jacques Lanfranchi « El Kallista »

8 MAS

(1) pregon : annonce publique (comme les crieurs publics du Moyen Age)