photo 1

 

 

DES RÊNES POUR LA REINE

 

 

 

C est en 1930 pour le centenaire de la naissance de Frédéric Mistral que furent établies les règles pour l'élection de la Reine d'Arles.

Le 3 avril, Angèle Vernet sera élue par le jury suivant : Melle Veran, Madame Giraud, le poète José d'Arbaud et le peintre Léo Lelée.

Son père Vincent a été gardian dans les manades réputées : Baroncelli, Durand, Lescot ; sa fille monte à cheval depuis sa prime jeunesse.

En raison du conflit mondial, son règne sera le plus long 1930-1947. Elle demeurera à jamais la première. A la fin de sa vie, son seul regret était « ne plus monter à cheval ».

 

Le 27 avril 1947, Maryse Orgeas va lui succéder, ses parents sont joailliers à Arles.

Elle découvre le cheval, en croupe derrière Pierre Saurel pour la Cocarde d'Or en juillet, elle déclara « Je me sentais merveilleusement bien comme si j'avais fait cela toute ma vie ». Elle régna jusqu'en 1954. C'est la Reine Poète par ses nombreux écrits.

 

Chaque Majesté laisse, une ponctuation, une lettre, un mot, un phrase dans le Grand Livre Intemporel des Reines d'Arles.

Quelquefois la jeunesse, la beauté, l érudition se côtoient avec un clin d’œil qui bouscule les codes. Caroline Serre Quilicci d’origine corse, deviendra la vingtième à régner !

 

Françoise Calais. Elle est la fille de Joseph Calais, cavalier émérite, dont la première épouse fut « Emma La Caballera », la première française à toréer à Cheval (1)

En deuxième noces, il épouse Melle Suzette Goubert, de leur union naîtra  Françoise.

A peine majeure, elle se présente en 1966, elle est élue !

 

Bon sang ne saurait mentir, la Damisello (2) reste à tout jamais la Reine Cavalière

 

photo 2

 

De 1967 à 1968, elle affrontera les toros, en tenue de gardianette (pantalon, gilet, chemise et chapeau) dans plusieurs arènes pour toréer.

La première fois sera à Saint Martin de Crau sur un cheval craven nommé Blad de Lune.

Puis se succéderont les ruedos de Palavas, le Grau du Roi, Montfrin, Saint Gilles, le cheval gris de Christian Lescot prénommé Champero, sera sa monture.

Le premier mai 1968 fut révolutionnaire, la Reine va défrayer la chronique.

Le matin, elle défile avec Pierre Saurel, l'après midi, elle va manier : javelines, banderilles, et simulacre aux arènes d'Arles, devant un pupille de François André.

Les gardians de la Confrérie de Saint Georges ont dignement fêtés leur 456ième anniversaire par ce fait unique.

 

photo 3

 

 

photo 4

Nous laissons la conclusion de cette après midi mémorable à Charles Fidani (caballero de 1947 à 1970)

«  C'est dommage que le Père Joseph (Calais) soit retiré, la petite a du talent ».

 

Remerciements pour les souvenirs partagés à Maryse et Jean Pierre (Fidani Eyraud), Jean Pierre Ricard (ancien mayoral de François André).

 

 

 

Samedi 2 mars 2019

 

Jacques Lanfranchi « El Kallista ».

 

Photos 1 R Pede Rencino et O Villella

Photos 2,3,4 DR

 

Bibliographie :

 

Rétrospective CTPR Méjanes 1968

Histoire des Reines d'Arles Michèle Gil Equinoxe 1999.

 

 

  1. Emma la caballera mourut tragiquement sur la route de Bellegarde le 7 août 1944 lors d'un mitraillage

  2. Sous l'ancien régime Demoiselle était un titre de noblesse, équivalent à celui d'écuyer .