photo 1 jo le toreador

JO LE TOREADOR : Court-lettrage.

 

 

Le mot Toréador, s'il se révèle de nos jours anachronique, voire désuet, son évocation est toujours liée à la Tauromachie espagnole.

L'air de Don Escamillo dit du « toréador » est certainement avec Carmen , les airs de la pièce éponyme de Bizet les plus joués au monde, et pas seulement dans les arènes !

Toréador, ce vocable que certains tablent d'opéra, servit aussi à distinguer les toreros français, de leurs homologues hispaniques (photo 1 ci-dessus)).

La presse de l'époque l'utilisait comme synonyme de Torero, espada, diestro, matador, créant un véritable néologisme...(1).

 

Si Brésillon Boudin « Pouly II » fut souvent nommé premier Toréador de France (utilisé dés 1883, par Hélias Eugène dit « Le Boucher » dans les arènes du Champ de Mars à Paris).

 

C'est Pierre Cazenave « Félix Robert » qui fut le premier torero d'alternative français, le 18 novembre 1897 à Valencia.

 

Quelquefois, l'appellation est bien loin d'une origine contrôlée.

 

Joseph Lomini (natif des Alpes maritimes) est un colosse de 1m85-90kg, affublé paraît'il de nombreuses cotes surnuméraires, on disait qu'il avait du « coffre ».

Il avait acquis l'apodo de « Jo le Toréador » pour avoir pratiqué la suerte de Mancornar (photo 2 ci-dessous)), immortalisée par Francisco Goya.

 

Suerte de mancornar photo 2

En fait, il venait dans le courant des années soixante avec sa belle voiture et son ami Maera , dans la région d'Arles et laissait admiratifs les jeunes de l'époque : Marc Antoine, Patrick, Alain Stéva.

C'est à Méjanes qu'il conquit ses galons, et son apodo, muleta et épée de mort en mains !

Sur les conseils de l'incontournable professeur es tauromachie : Pedro Romero.

Jo le Toréador était le lieutenant de Gaétan Zampa, il finit tragiquement lors d'un règlement de compte, dans le cadre de la « French connexion ».

C'était le 31 mars 1973, quai des belges, au Vieux Port dans l'établissement le Tanagra dont il était le propriétaire ; la barmaid s'appelait « Carmen », elle était née à Madrid...

 

Jacques Lanfranchi « El Kallista »

8MAS

Samedi 14 octobre 2017

 

Photo 1 collection Jean François photo Marc Thorel

le 21 juin 1891 au Parc de la Tête d'Or à Lyon, le quadrille d'élite landais : Chef : Bellocq, Félix Robert, Nassiat, Boniface, Prévot, Gervais. Les toros sont d' Augustin Lescot, le Papé.

 

Photo 2 DR

 

Bibliographie :

  • Lyon et les taureaux G Colomb, M Thorel UBTF 2006

  • Jo Lomini : OMERTA...

     

  1. néologisme. Tout mot de création récente ou emprunté depuis peu à une autre langue ou toute acception nouvelle donnée à un mot ou à une expression qui existaient déjà dans la langue. ... larousse