ADIOS CASTOREÑO

 

 

photo 1

 

TONIO,TONY , MOMO, qui ne connaissait pas ANTONIO MORALES dans le mundillo, mais aussi dans le monde plus fermé et méconnu des soudeurs hautement qualifiés sur pipeline ?

Né à Marseille, de parents espagnols réfugiés, il ne portait pas tout à fait le clergé dans son cœur.

Le père Jacques Teissier , aumônier des arènes de Nîmes, le rappellera avec empathie et bienveillance lors de l'homélie.

Tony, c'était le piquero discret, à l'ancienne avec une carrure de première ligne.

On pouvait compter sur lui « si a caso », sortait un diable des chiqueros.

Pour les jeunes et les moins jeunes, en plaza de première en Espagne, en France ; il était aussi le piquero des humbles .

Comme un symbole, il piquera son dernier toro en juin 2016 à la monumental de Gimeaux, pour le Fourmigo cher à Françis et à Daniel.

 

La plaisanterie, au coin des lèvres, comme le crocodile échappé en Camargue, mais aussi les arguments pouvaient se faire plus convaincants, rappel de son passé de joueur de rugby .

 

Du Sud Ouest qu'il appréciait beaucoup , il avait adopté l'esprit épicurien qui fait de la vie, une fête, avec ces ingrédients incontournables, que les sages qualifient de dangers : Alcool, Tabac. Mais à partir de 50 ans, comme disait Lino Ventura, « il faut avoir le cholestérol triomphant ».

 

Avec Tony, si l'amitié était acquise, elle se révélait indéfectible, comme avec son ami basque ( JC St Esteben , Kako de Hasparen), dont les chants éponymes résonnèrent en début de cérémonie.

 

Ces dernières années, de nombreux piqueros français, nous ont quittés : Sébastian Martin, Jacques Monnier, André Floutier. C'est une génération pratiquement éteinte, dont certains absents ont été remarqués, de même celle de nombreux clubs taurins arlésiens dit « emblématiques ».

René Chavanieu, lui était présent.

No pasa nada, aurait dit Momo, en maugréant. Car parler et allumer une cigarette roulée, en même temps relève de l'exploit.

Tony est parti au son de « Vino Griego » de la Peña Baiona, le jour de Sainte Véronique.

En famille, avec les vrais amis, tout simplement, comme il était.

photo 2

 

Requiescat in Pace

 

Dimanche 5 février 2017

Jacques Lanfranchi « El Kallista »

 

 

Photo 1 parue dans Semana Grande n°1034 du 30 janvier 2017 ,Ceret le 12 juillet 1987.

Photo 2 Un jour de Fiesta campera à Malaga chez la famille Callet .E. Lanfranchi