BUG, Daniel, Fodil et les autres

deuxième époque

 

 

photo 1

photo 1

 

 

Effet pixel- apparition du mas « le Grill »

 

Après le Dar Rodeo, la destination jour et nuit était Le Grill, chez la famille Clavel.

Dégustation de tellines, dont la sauce était le secret de Georges (le père) + Listel Gris de Gris.

En soirée, c'était l'Equi DEUS (le bien nommé) où Daniel et Linou les enfants de la Maison accueillaient plus de copains, d'amis que de clients.

Ecouter, Samba pa ti devant le grand comptoir, attention à la marche en fin de soirée.

 

L'établissement suivant était la Brouzetière, chez Françoise et François : La Brouze !

Le patron Stetson visé sur la tête, texan de cœur, il le deviendra à part entière, quelques années plus tard en acquérant un appartement à Dallas.

François régnait sur son monde, toute la fratrie (sœurs incluses) assure la sécurité au son de Rock collector, agrémenté quelquefois de celui du calibre 12 juxtaposé - charme suranné !

 

Autre plan

 

Soit chez Boisset, soit chez Arlette et Jo des Vagues, voire le Bowling.

C’était Pastis, Rosé, puis Bossu (café cognac).

L'occasion de rendre fou le vendeur du périodique ' « France Soir » et son break Aronde Châtelaine

 

photo 2

photo 2

 

Ce dernier avait placardé sur la vitre latérale, un auto-collant «  Remember Oradour sur Glane ».

Il le frappait de la main devant les touristes allemands ébahis les soirs de grande imprégnation éthylique.

C'était un gnome affublé d'une casquette de cycliste, et d'un maillot Arc en Ciel itou, un compromis entre Louis de Funés et Fernand Raynaud.

Par militantisme, ou défi avec Fodil, on lui a emprunté son break, un soir, pour un tour de village.

Juste le temps d'inviter gratuitement au porte voix, tous les ressortissants d'Outre Rhin aux arènes, grâce à France Soir...

 

fondu enchainé Bar les Vagues - le Grenier à sel

 

All right now repris en chœur, ou les chorus des copains sur Sympathy for the devil, interprété par le redoutable Mick Cachou, voire Fodil plagiant Juanita Banana avec une perruque à tresses et une guitare hawaïenne.

C'était chaud,chez Claude Dal Canto et Coco Clara.

A l'Est, après le garage Larnaudie cher à Joel et Jerry, c était « la Marguerite », l'établissement de l'ami Robert et Jean Marie.

Thierry le disquaire commençait toujours la soirée par Melting pot et finissait idem, street legal.

C'était plus folklo quand je le remplaçais aux platines ...-

 

A l'Ouest , près des Launes, « le Pêcheur de Lune » le plus branché, et apprécié de la Section Mod's (déjà citée) Get ready et les incontournables du DAR : Sutcchi et Charlie.

 

Les repas symboliques (il y en avait!) se faisaient à la Baraque de frites de Riton d'où « Riton la Frite ». Un physique à la Michel Simon, une gouaille à la Gabin, le Parigot tenait boutique sur le parking (ex camping , futur port).

La légende colportait qu'il avait épinglé un type comme un papillon avec son surin aux Halles (dialogue Michel Audiard, film Henri Verneuil ?).

 

Si locomotion possible, on embarquait pour « chez Kouki », l’Embarcadère, nous pour les barbecues, les moustiques étaient sur place, eux pour la viande blanche des touristes, tout cela sur Le Sud.

 

Baisse de l'éclairage - lumière plus tamisée, enfumée

 

Quatre heures du matin, les cœurs volcans laissaient tomber le célèbre titre de Ernest Hemingway «  En avoir ou pas », pour ceux que l'on appelait un coup de blues, un moment de faiblesse , la philosophie de l'âge, nous fera nommer cela : sensibilité.

If you happen to see the must beautiful girl in the world, on lui dirait : Vous my lady, des jours entiers à t'aimer.

https://www.youtube.com/watch?v=DJPMNai9Aa0

 

Sous les chemises fleuries çà pouvait aussi « piquer », puissance 10 , n'est ce pas Christian alias Tex, toujours le cœur.

Avoir vingt ans et plus dans les années 1970 aux Saintes, que l'on soit Algérien, Arménien, Corse, Sicilien, un bonheur magique et inoubliable...

 

 

message- post prod

 

Robert mon ami, on aurait pu dédier, ce court métrage à toutes ces belles passantes et rêveuses, que l'on n'a pas su retenir avec nos « Je t'aime » de 14 juillet comme dans Maria Magdelena.

 

Nous allons le brinder à Bug Pamieri, Fodil Bouchaour, Daniel Clavel, pour qui le mot Fin s'est écrit trop tôt comme pour le héros du film «  les choses de la Vie ».

 

photo 3

 

Daniel 

photo 4

 

 Fodil

Fondu enchaîné au noir 

 

Skroling sur musique : With a little help from my friend

 

 

Jacques Lanfranchi

« El Kallista »

24 décembre 2015

 

bande son

  • Samba pa ti Santana 1970

  • Rock Collector Laurent Voulzy 1977

  • Sympathy for the devil Rolling Stones 1968

  • All right now Free 1970

  • Juanita Banana Henri Salvador 1969

  • Melting pot Booker T 1971

  • Get ready Rare Earth 1973

  • Le Sud Nino Ferrer 1975

  • If you happen to see... Charlie Rich 1974

  • 4 heures du matin, Coeur volcan, des jours... Julien Clerc 1970-1971

  • Maria Magdelena Trigo Limpio 1977

  • A little help from my friends Joe Cocker 1970

  •  

Crédits photos

 

photo 1 et 2 collection personnelle

photos 3 et 4 Lesongeur Marchon Arnaud Domi et Phil

 

Références cinéma :

Les Choses de la Vie, Claude Sautet 1970

 

 

Remerciements :

Dar Rodeo, Groupe Pernod Ricard, Vins Listel, Régie des tabacs, chemises Sisleys, Jeans Levis, Winchester industry et Brahmas.