photo 4

 

 

EVENEMENTS CLIMATIQUES et SOLIDARITES TAURINES

 

Depuis plusieurs semaines, les médias rappellent d'une manière intempestive l'ouverture de la conférence climatique à Paris alias la COP 21.

Comme tout citoyen responsable,je suis interpellé par les problèmes liés à l écologie, tout en restant méfiant à l'égard des « groupes verts ».

Ces derniers se révèlant souvent anti-tout : foie gras, diesel, et bien sûr tauromachie espagnole.

L'ensemble du monde taurin et aficionado a toujours répondu présent dans le cadre des catastrophes naturelles : Inondations, tremblements de terre...

Dans l'hexagone, et plus particulièrement dans le Sud Est, il est bon de se remémorer quelques dates.

Le 30 septembre 1959, un épisode d'orage diluvien (appelé aujourd'hui cévenol) s'abat sur Nîmes avec une intensité jamais atteinte depuis 1743.

Le premier novembre, la direction des arènes et Luis Miguel Dominguin organisent un festival au bénéfice de la ville.

Toros Prieto de la Cal et Samuel Flores

 

photo 1

 

photo 2

 

Jaime Ostos absent, après un sorteo, c'est le plus jeune torero Miguelin qui tuera deux toros : quatre oreilles et deux queues à la clé.

Le 2 décembre 1959, après un déluge dans le Var, le barrage de Malpasset se rompt ; une vague de plus de 40 mètres de haut va dévaster tout le pays.

Les arènes de Fréjus atténueront ce tsunami et économiseront beaucoup de vies humaines dans la ville en faisant « déviation ».

Le 25 décembre 1959, les arènes d'Arles , sous un soleil radieux organisent un spectacle au profit de la région varoise martyre.

Au cartel : Julio Aparicio(père), Curro et Cesar Giron, Chamaco (père), Gregorio Sanchez, Diego Puerta, Antonio Bienvenida, et Pierre Schull. Photo 3

Pour huit élevages : Dionisos Rodriguez, Conde de Mayalde, Juan Salas, E Gomez, Baltazar Iban, Albarran, Samuel Flores, A Perez Angoso.

En ce jour de Noël, les arènes sont pratiquement combles.

 

Le 19 septembre 1985, un tremblement de terre ravage la région de Mexico.

Le 3 novembre, Christian Montcouquiol Nimeño II et Christian Chomel proposent un mano a mano inédit et unique à ce jour dans l'amphithéâtre nîmois.

 

photo 4

 

Pour la partie espagnole : deux Montalvo et un Conde de la Maza et camarguaise : taureaux de Laurent, Lafont, Fabre Mailhan. Joel Matray est sobresaliente, Robert Archer et Rado sont préposés à la brega pour la partie Course libre.

Pierre Mialane, conclue sa reseña dans la revue Toros : « Comme le poète, aimons donc, ce que nous ne verrons pas deux fois ».

En décembre 2003, la Ville d'Arles voit toute sa partie Nord submergée par le Rhône.

Sur le plan technique, une solidarité nationale et internationale (surtout Allemande), permettra de maîtriser la situation.

A l'initiative du matador de toros Jean Baptiste Jalabert, et avec l''appui d'une majorité des clubs taurins de la ville : « Pour un jour, pour Arles, ils reviennent » tel est l'intitulé de l'évènement.

Avec El Cordobes (père), José Maria Manzanares, Espartaco, Emilio Muñoz ; Paco Ojeda, Juan Bautista, toros : Victoriano del Rio et un toro de Tardieu frères pour les recortadores aragonais.

 

photo 5

 

Le 12 janvier 2010, l'île d’Haïti est détruite par un tremblement de terre.

Le 31 mai 2010 à Nîmes, jour de l'Ascension, Sébastien Castella « s'enferme » avec six toros : Albarral ; Alcurucen, El Pilar, Garcigrande, Nuñez del Cuvillo, Victoriano del Rio.

La recette permettra la reconstruction d'une école à Port aux Princes au grand dam des associations anti taurines.

 

photo 6

 

Dans cette succinte présentation de ces spectacles « caritatifs » des bénéfices ont été dégagés, permettant des actes concrets et rapides.

Les Taurins au-delà de la compassion ont toujours fait preuve d'initiative, et de réactivité.

Espérons que la COP 21 pour la planéte...

What Else ?

 

 

Jacques Lanfranchi

« El Kallista »

lundi 26 octobre 2015

 

crédit photos :

photo1,2,4, 5 collection privée

photo 3 Toros décembre 1985 Mouraret.( les deux Christian et l'ambassadrice du Mexique)